19. April 2008

Pour un premier mai anticapitaliste

Le capitalisme est notre misère! Manifestons notre colère!

Manifestation le jeudi 1er mai 2008, journée internationale des travailleurs, des travailleuses et des oppriméEs du monde entier: Départ de la manifestation à 18h30 au coin des rues Ontario et Valois (Montréal)

Après 25 d'inaction, une manifestation du premier mai à Québec est organisée par la cellule Jiang Qing du Parti Communiste Révolutionnaire et L'autre 400e! Je vais vous en donner plus d'informations très bientôt.

Voici le text du tract pour la manif à Montréal:

"Partout à travers le monde, le 1er mai, les travailleurs, les travailleuses, les sans-emploi et les oppriméEs manifestent contre la misère, la pauvreté et les injustices. On manifeste contre le capitalisme et en souvenir d'une grève ouvrière sévèrement réprimée à Chicago en 1886. Faisons de même ici à Montréal. Le monde peut et doit être meilleur, si on met fin au capitalisme!

Le capitalisme est un système social et économique basé sur l'obtention d'un maximum de profits dans le plus court laps de temps possible, de plus en plus de profits et de plus en plus vite. Pour cela, on est prêt à n'importe quoi! Mais inévitablement, quelqu'un doit payer. Les penseurs de la droite, les porte-parole de ceux qui profitent de ce système nous répètent sans cesse qu'il s'agit du « moins pire système », qu'il ne faut pas crier au loup, que les choses se sont améliorées depuis 100 ans, etc. Oui, tout cela est vrai... pour eux, une petite minorité! Ce sont ces mêmes gens qui nous reprochent de ne pas assez travailler, qui nous demandent de nous serrer la ceinture, qui veulent tout privatiser et couper les programmes sociaux, qui nous jettent à la rue quand ils n'ont plus besoin de nous, et qui nous répriment quand on ose défendre nos droits.

Le capitalisme à visage humain n'existe pas. On ne peut pas réparer les pots cassés du capitalisme par le capitalisme... Pour réparer le gâchis, il faut changer de recette.

Nous produisons suffisamment de nourriture pour faire vivre convenablement plus de 10 milliards de personnes. Mais selon l'ONU, 2 des 6,7 milliards d'êtres humains souffrent de carences alimentaires...
Au lieu de lutter contre leur désespoir, on leur montre la pointe du fusil.

Le capitalisme, c'est la guerre. Les dépenses militaires mondiales annuelles ont augmenté de 37% entre 1997 et 2006, pour passer à 1 204 milliards $ (selon l'Institut international de recherche pour la paix de Stockholm). En comparaison, la dette extérieure totale de tous les pays du sud est de 1 100 milliards $. Les peuples souffrent de ces crimes commis par l'impérialisme. Ici même au Canada, les peuples autochtones sont victimes du génocide engendré par les politiques de l'État colonialiste canadien.

Pourquoi une telle folie? Quand cela va-t-il arrêter? Est-ce utopique que de vouloir mettre fin au rouleau compresseur du capitalisme? Les rêveurs sont plutôt ceux et celles qui se font croire que ça peut durer encore longtemps...

Les quelques centaines de millions de personnes qui forment la « classe moyenne » en Occident jouissent d'un relatif confort, mais au prix d'une aliénation extraordinaire de leur vie. Les autres, la grande majorité des habitantEs de la planète, souffrent... Ici à Montréal, le quotidien de dizaines de milliers de personnes est un véritable calvaire. Nous ne sommes pas dans une société où chacunE pourrait trouver réponse à ses besoins... et encore moins à ses rêves. Nous sommes dans une société où la grande majorité de la population est au service d'une petite minorité. C'est ça le capitalisme!

Toutes les différences de langues, de couleurs, de religions sont prétextes à justifier les divisions, créer des tensions, ériger des frontières. Les femmes sont toujours victimes d'une oppression spécifique qu'on appelle le patriarcat. Dans le Sud, les enfants travaillent et vont à la guerre. Ce ne doit pas être ça la vie!

Dans sa quête de profit sans fin, l'économie capitaliste pille comme jamais les ressources de la planète. Nous la blessons plus vite qu'elle ne peut se guérir... Un consensus scientifique nous met en garde contre les effets dévastateurs de la destruction de l'environnement.
On peut jouer à l'autruche, mais notre petite planète en a plein le dos de notre mode de vie. On joue avec le feu! Les pauvres, inévitablement, vont en payer le prix. La crise de l'environnement va créer la rareté, de vastes pénuries et justifier de nouvelles guerres...
Pourtant, l'extraordinaire développement de la technologie et des connaissances dans tous les domaines pourrait éviter ces gâchis.

La solidarité humaine commande que nous changions complètement notre mode de vie, que nous cessions de baser la vie sur le profit, sur l'individualisme-culte, sur la consommation à tout prix. Nous en avons assez de cela, de la misère, de la pauvreté, des injustices et de la discrimination. C'est possible de changer le monde, il n'en tient qu'à nous!

Il faut se révolter contre ce système. Il faut descendre dans la rue, s'unir, s'organiser et faire en sorte que le monde change, que la vie soit meilleure! Révolution, seule solution! C'est pour cela que nous manifesterons le 1er mai. Parlez-en aux personnes autour de vous!"

La manifestation pourrait ressembler à ça...
photo trouvée sur indymedia
Kommentar veröffentlichen
 
Stoppt die Vorratsdatenspeicherung! Jetzt klicken &handeln! Willst du auch an der Aktion teilnehmen? Hier findest du alle relevanten Infos und Materialien:
Google+